Ce qui est intéressant quand on croule sous le boulot, c'est qu'on n'a pas le temps d'aller sur Internet. Pour cause de charrette ces 3 dernières semaines j'ai un peu lâché l'affaire côté Twitter, Facebook et autres webdeuxzéroseries… Conclusion de ces 21 jours de sevrage : on peut parfaitement vivre sans Internet et une simple consommation des média classiques, beaucoup moins chronophages, entendez 10 mn de radio au petit déjeuner, la lecture en zigzag d'un Direct Matin ou d'un Libé à l'agence complétés par un vague zapping TV en fin de soirée, vous permettent d'être parfaitement au courant de l'essentiel tout en chopant deux ou trois conneries qui amusent la galerie 2.0*…

Image 1

Franchement, je ne comprends strictement rien à cette campagne. Que cherche-t-on à nous dire ? C'est quoi Hadopi ? Ils font quoi au juste ? Et puis c'est quoi ce label «PUR» ? Honnêtement, est-ce que quelqu'un peut me dire où il y a un début de commencement d'explication factuelle de ce que font concrètement Hadopi et PUR ? Les messages de cette campagne supposent finalement que la cible (des pré-ados et ados, c'est bien ce qu'il y a sur ces affiches ?) est au courant de l'existence d'Hadopi et de sa mission ; et tellement bien que l'on ne renvoie même pas sur le site de l'Hadopi, mais sur un autre, pur.fr… À se demander, puisque les choses semblent si bien acquises,  pourquoi faire une campagne, alors ?
Image 2Selon cette campagne l'avenir des jeunes passerait par la création, le ciné, la TV ou la musique ? Chouette ! Cette jeune fille d'une douzaine d'années pourra être la nouvelle star 2022 grâce à Hadopi ? Ainsi tous les jeunes ne rêvent que de Nouvelle Star, de X Factor, de paillettes, de jeux vidéos et de séries TV ? Aucun n'a donc envie d'être avocat, journaliste, médecin, architecte, ingénieur, cuisinier ou artisan ? Comme certainement la grande majorité de nos enfants ? Une grande majorité qui, à mon humble avis, se contrefout royalement de savoir si Emma Leprince enregistrera ou pas Je préfère ton clone Et de continuer à télécharger.

Image 4

Étant ingénieur de formation, j'ai toujours pris pour postulat que c'est la technologie qui s'adapte à l'homme et non l'inverse. Alors il suffit qu'un exercice du sujet de mathématiques du Bac S fuite sur Internet quelques heures avant l'épreuve pour que allez, hop, on balance l'eau du bain et le bébé en même temps. Mort au Baccalauréat ! C'est fini, c'est has been ! De toutes les façons avec Internet et les portables, c'est plus possible. Ah bon ? comme si c'était la première fois qu'il y avait tricherie ou fuite…
Le Bac, ok, je veux bien entendre qu'il faut l'aménager : revoir la notation avec ce système des coefficients qui permet de l'avoir en se plantant sur les matières fondamentales et en récupérant des points sur des matières ou des options parfois sans rapport avec l'objet de l'examen. Voire le rendre plus sévère, car peut-on encore lui attribuer une valeur quand il y a plus de 85 % de réussite ? Quant à l'Internet, justement si on pouvait l'utiliser plus intelligemment pour transmettre les épreuves à la dernière minute, par exemple, avec des imprimantes dans les salles d'examen pour sortir les sujets un quart d'heure avant l'épreuve. Adapter la technologie et non l'inverse donc. Enfin moi, je dis ça, je dis rien…
Image 3

Je vais faire mon vieux con, mais vivre l'épreuve d'un concours est quelques chose de formateur qu'on le veuille où non. Le Bac est l'antichambre des concours d'entrée dans les écoles (parce que tant qu'on y est on pourrait aussi les supprimer ; entrer à Science Po ou à l'X uniquement sur bulletin de notes par exemple, intéressant, non ? je vous laisse méditer…) ou des concours de fin d'étude. Pour employer une expression à la con, le Baccalauréat, c'est l'école de la vie. La vie professionnelle est bien souvent qu'une succession de concours ou d'examens : entretien d'embauche ou d'évaluation de fin d'année comme cela se pratique dans de nombreuses entreprises avec à la clé promotion, augmentation de salaire… ou licenciement ; répondre à des appels d'offres ou tout simplement convaincre un client d'acheter votre produit ou votre service. Et dans bien des cas on n'a droit qu'à une présentation, une rencontre ou un tour.

Monsieur le Ministre, j'ai une idée ! il faudrait faire une campagne pour dire aux jeunes que le Bac, c'est comme se présenter au Jury de la Nouvelle Star. Une tentative. Pas deux. Hadopi ou pas.

•••
Bon dimanche !

* Bonus : on clique sur l'image. Même l'agence en prend pour son grade…

Emma_Leprince_Fete_musique_hadopi1

•••