Vacances de février pour les kids. Et pour pas mal d'annonceurs aussi, mais qui ont pris soin avant de partir d'envoyer leurs devoirs de vacances aux agences. Bref tout ça pour vous dire que ce Télé Dimanche #4 sera light, n'ayant pas trop eu le temps de me balader sur le net cette semaine pour cause de multiples compétitions à rendre ces jours-ci.

La communication hors média ? C'est le bouche à oreille… Cette semaine, j'avais à l'agence une élève de troisième dans le cadre de son stage d'observation en entreprise. Je lui fais un rapide topo sur nos métiers et en particulier la distinction entre la communication média (au sens, achat d'espaces) et la communication hors-média. Nous parcourons ensemble les 6 médias actuels (TV, presse, Internet, radio, affichage et cinéma) et quand je lui demande de me citer des exemples de communication hors média, le couperet tombe : le bouche à oreille, le buzz. Ni PLV, ni mailing, ni prospectus…

Image_2

Les jeunes de 15 ans ne regardent quasiment plus la télévision, écoutent un peu la radio et ne lisent pas vraiment. Mais ils consomment déjà. Et dans 10 ans, ils formeront le gros des troupes des consommateurs. Mais si aujourd'hui ils ont une souris dans une main et un portable dans l'autre, passent pour la moitié plus de 3 heures par jour sur Internet, doit-on en conclure définitivement que la publicité «classique» est vouée à disparaître ? Tout comme doit-on conclure irréversiblement que tout se passera sur l'Internet ? L'observation de mes ados (et d'autres) pendant ces vacances me donnent envie de répondre ni oui, ni non :  mais les deux mon général. Les débats qui agitent régulièrement la blogosphère sur le pourquoi et le comment des agences de demain sont loin d'être clos…

Allez voir le Discours d'un Roi, si ce n'est pas déjà fait. Ce film est beau, émouvant, amusant et brillant. Le casting est exceptionnel : Madame Tim Burton (Helena Bonham Carter) en future Reine Mère aimante (et portant déjà ses chapeaux…), le Capitaine Barbossa (Geoffrey Rush) en orthophoniste aux méthodes assez originales et enfin le Roi George VI (Colin Firth) qui doit lutter contre son bégaiement. Bande annonce :

Colin Firth est époustouflant en roi bègue et est nommé pour la deuxième année consécutive aux Oscars pour le meilleur rôle masculin. Sa première nomination était pour A Single Man. J'avais loupé ce film à sa sortie et l'ai donc rattrapé en dvd cette semaine. Tom Ford, styliste et créateur hors pairs (Yves Saint Laurent, Gucci, Estée Lauder…) réalise un coup de maitre pour son premier passage derrière la caméra (producteur et scénariste également !). À l'émotion, l'intelligence du propos et la simplicité de l'histoire - George (Colin Firth), professeur d'université, ne se remet pas de la disparition de son compagnon, Jim avec qui il vivait depuis plus de 15 ans. Il songe à mettre fin à ses jours. Un de ses élèves lui propose de prendre un verre. Charlotte (Julianne Moore) son amie et confidente l'invite à dîner… -, Tom Ford apporte une mise en lumière (j'emploie précisément ce mot, lumière!) d'une beauté rare et une direction d'acteurs comme si il avait déjà 25 films au compteur. Beau. Très beau.

•••
Bon dimanche !