Dingue ! grâce à Twitterfox, un gadget qui vous permet de suivre toutes les informations provenant de Twitter, j'ai pu suivre une conversation entre [bib] et [bip] sur la gestion de l'image en fond de page d'un compte Twitter. Le débat portait sur la bonne dimension en pixels à retenir en fonction des différents navigateurs et tailles d'écrans des PC (Mac ?). Un truc vachement pointu (source Twitter).

Reprenons.

Épisode 5 / De la grande illusion financière (part 2)…

L'Internet c'est un vaste business ! C'est profond ce que je viens de dire… Et, juste que l'eldorado a déjà été trouvé.

Alors comme ce soir je n'ai pas envie de me prendre la tête, je vais vous raconter une histoire, j'en tirerai une conclusion et puis hop on passera à autre chose. Oui, je sais, je vais faire à mon tour dans l'analogie. Mais là, c'est mon blog et je fais ce que je veux. Na.

thomas_edison2_800x1024

Thomas Edison ? Ça vous dit quelque chose ? yep ! l'inventeur de l'ampoule électrique et de la chaise du même nom. Mes 1,5 lecteurs savent que je suis un malade de cinéma. Sous ces deux aspects : art, divertissement, création, narration, etc. Et aussi l'autre aspect, sa technique pure. Et en particulier son invention.

Quand on se penche sur les grandes inventions des moyens de communication et de duplication des messages (imprimerie, téléphone, disque, radio, TV, cinéma, etc.), on s'aperçoit que tout va très vite en l'espace de quelques années. Tant sur le plan technique que sur la variété des contenus. Prenez la TV par exemple : l'idée date de la fin du 19e et l'affaire a été torchée en moins de 30 ans. Ça c'est la partie technique. Quant au contenu tout a été inventé en une dizaine d'années : journal, reportages, émissions de variétés, débats, jeux, enquêtes, même la télé réalité. Ensuite, il n'y a eu que 2 vraies révolutions techniques : la couleur et le numérique. Qui contrôle aujourd'hui la TV ? Les gouvernements et des grands groupes privés. Et globalement tout le monde gagne de l'argent…

Edison, alors
? L'invention du cinéma fut une véritable guerre industrielle*. Pour simplifier, s'opposaient ceux qui pensaient que le cinéma ne serait qu'un divertissement familial et individuel, et ceux qui y voyaient au contraire un futur spectacle collectif beaucoup plus lucratif. Vers 1894, alors que les frères Lumière dessinent à peine les plans de leur caméra, Edison a déjà inventé, commercialisé et alimenté un réseau de kinétoscopes. Ces machines sont installées dans des commerces, et après y avoir glisser une pièce, comme dans un jukebox, on peut y voir via un viseur une petite séquence filmée de quelques secondes. Dans cette machine, il y a déjà de la pellicule, des films fournis par Eastman, qu'Edison va recouper et perforer pour créer le format 35 mm.

Kinetoscope
Ça, c'est au moins Web 10.03…

Edison, brillant inventeur, est aussi un homme d'affaires redoutable. Si il joue l'option divertissement individuel avec ses kinétoscopes, il sait parfaitement que l'avenir est aux salles de 50, 100, 500 ou 1000 personnes. Un seul appareil, une seule copie, mais 1000 payants d'un coup ! Un peu comme un concept d'économie de l'abondance, déjà…
On sait déjà filmer (il existe plusieurs systèmes pour capter le mouvement) et Edison a déjà ses studios pour réaliser ses petites scènes. Mais tout le monde bute sur un truc qui ne pose pas de problème pour les appareils individuels : la stabilité de l'image quand elle est projetée sur un grand écran. Les frères Lumière trouveront la solution avec un mécanisme qui stoppe le déroulement de la pellicule à chaque image devant l'objectif **.

Le cinéma est né. Edison, si il a perdu la bataille de l'invention de la caméra et du projecteur, lui, a juste gagné la première guerre avec le pétrole du business : le 35 mm ! si pas de pellicule alors pas de film, pas de projection, pas de pognon. Edison est le détenteur des droits du film 35 mm et via Eastman, il sera imposé à toute l'industrie du cinéma. Y compris aux frères Lumière. Il faudra plus d'un siècle pour qu'on commence à peine à en venir à bout avec le déploiement du numérique…

Moralité de l'histoire : dans toute invention technique majeure, celui qui ramasse la mise sur le long terme et celui qui le premier met la main sur l'essence, le cœur, le noyau. Et donc pas forcément l'invention en soi…

Quel est le cœur de l'Internet ?
500 millions de serveurs ? 100 millions de sites ? 1500 à 2000 milliards de pages et d'adresses url ? l'essence de tout ce bazar ? c'est de se guider dans tout ce merdier et trouver une information. Chercher l'aiguille dans la montagne de foin.

Yep ! Google.

Google, Edison : même vision, même combat.

Que serait le Web sans Google ?



Alors, aujourd'hui imaginer faire fortune via le Web, cela revient à peu près à se dire, après les frères Lumières et Thomas Edison, «Tiens, je vais inventer le cinéma parlant !».

Cela n'engage que moi, mais Twitter, Facebook et compagnie, franchement je n'y vois rien de parlant ? Juste du bruyant…

- + -

Bah oui, j'avais envie de parler ciné ce soir…

* À ce sujet, je conseille la lecture du bouquin de Georges Sadoul, L'invention du Cinéma, un véritable thriller où l'on découvre une course contre la montre entre divers inventeurs qui ont vite pigé qu'une industrie gigantesque va naître. À trouver chez des bouquinistes, hélas…

** En fait il s'agit tout simplement du mécanisme de la machine à coudre qui existait déjà. Un des frères Lumière a eu ce trait d'inspiration en voyant une machine dans sa chambre alors qu'il était alité et souffrant…