Je ne vais pas y aller par quatre chemins : je n'ai pas vu Home et je n'ai pas  envie de le voir. Pour la simple raison que je ne veux pas subir ce cirque médiatico-marketing ou l'hôpital se moque de la charité. Ou l'inverse.

Tout n'est que contradiction dans cette affaire. Voyons les protagonistes de ce hold-up médiatique qui relève presque du génie : Luc Besson et le groupe PPR, producteurs du film, et Yann Arthus-Bertrand, son réalisateur.

Luc Besson coproducteur le film et grand seigneur, décide de laisser le film en libre accès sur l'internet, YouTube et compagnie. Dois-je vous rappeler ses positions pro Hadopi et ses tribunes dans la presse contre ces vilains téléchargeurs que nous sommes tous ? Et là subitement la circulation libre sur l'Internet se retrouve pleine de vertus aux yeux de monsieur Besson ? Va-t-il alors poursuivre tous les téléchargeurs du film qui vont ainsi entamer une partie des ventes du dvd ?

Le plus grand succès librairie de ces dernières années est un grand bouquin La Terre Vue du Ciel. J'ai été le premier à l'offrir, c'était il y a presque dix ans. Voilà donc plus de dix ans que Yann Arthus-Bertrand sillonne la planète avec son hélicoptère pour la photographier et la filmer en long, en large et en travers. Outre le fait que d'un point de vue concept produit, il serait peut être temps qu'il passe à autre chose, il pollue surtout. J'ai entendu parler de plus de 1500 tonnes de CO2 rejetées dans la nature pour les besoins du tournage. Peu importe la valeur exacte, car Yann Arthus-Bertrand se donne bonne conscience : il évalue à un certain nombre de milliers d'euros la pollution engendrée et reverse ces sommes à des associations. Et il le fait bien savoir. Là aussi le montant des sommes, je m'en fous. C'est le principe même qui est insupportable.

En premier lieu il faudra nous expliquer comment on calcule ces sommes ? Cela veut dire qu'il existe un modèle financier pour chiffrer la pollution d'aujourd'hui et ses conséquences pour demain ? Alors qu'on se chamaille sur la vitesse à laquelle va fondre la banquise par exemple ? Cette idée est tout simplement ahurissante. Ainsi, il suffit donc de faire un chèque, pour polluer… et expliquer la pollution ? De qui se moque-t-on ? Monsieur Arthus-Bertrand, des photos de la Terre, il y a en plein les archives, sur Google et la NASA en a des wagons. Et plus simplement, votre film, vous ne pouviez pas le faire en restant au sol ? Là où nous sommes tous, les humains ?

François Pinault et son groupe PPR, propriétaire de la Fnac, Gucci, Yves Saint Laurent, Boucheron, Puma, des marques dont le développement durable est bien entendu l'axe central de leur stratégie, s'offre avec cette opération une campagne d'image planétaire pour une petite poignée de millions d'euros. Du génie je vous dis ! Outre que la valorisation en achat d'espace de tous les temps de parole et de citation en radio, TV, presse, Internet et compagnie, sont sans commune mesure avec la mise de départ, cette mise sera bien entendu récupérée en partie avec tous les produits dérivés à commencer par les dvd et bouquins en vente à la Fnac (une url spéciale a été créée à cet effet).

- + -

Non, je ne fais de populisme à deux balles ou de l'anti je ne sais quoi. Juste que mon job fait que j'ai une lecture froide et marketing de certaines actualités. Et précisément, imaginer que ni PPR, ni Arthus-Bertand et ni Luc Besson n'aient pas mis une seconde au cœur de ce coup les retombées pour leur propres intérêts relève de la naïveté du nouveau-né

L'avenir de notre planète est un truc trop sérieux, et je ne pense pas que la solution viendra du cinéma et d'images léchées prises à l'hélico.

Mais imposture, t'es con ? c'est de la sensibilisation ! Ah ?

Parlons cinéma justement. Le sujet a déjà été traité plusieurs fois à commencer par un film datant de 1983, au nom imprononçable, Koyaanisqatsi. Même concept, la Terre vue de haut et ses souffrances. Je vous laisse chercher, vous trouverez comme des grands sur YouTube…  Plus récent, le film de Al Gore, Une vérité qui dérange. C'est certain, c'est moins fashion, moins design, moins glamour, vu que c'est une conférence filmée. Du PowerPoint amélioré. Achetez et regardez. Une baffe dans la gueule, je vous garantis ! Bref, cela fait presque 30 ans qu'on parle de ça au cinéma. Et à la TV. Et dans les journaux. Partout. Vous parlez d'un scoop…

Malheureusement tant que les politiques ne prendront pas à bras le corps, et pour de vrai, le Barnum médiatique continuera. Et si justement, comme le suppose la polémique qui enfle en ce moment, des électeurs se sont fait influencer par le film pour donner leur voix à la liste Europe Écologie en signe d'avertissement, bah je dis que c'est bien. Au passage, on soulignera la situation croquignolesque : le nouvel ORTF de Sarkozy qui déroule le tapis rouge à ces amis financiers nouveaux producteurs de cinéma durable pour se faire piquer des voix 2 jours après…

- + -

Contre le réchauffement de la planète, on nous parle surtout de taxe écomachin, de bilan truc, etc. C'est bien, j'en doute pas une seconde. Mais concrètement, dans notre vie de tous les jours ? Des choses réellement visibles qui vont un peu plus loin que mettre les pots de yaourt dans la poubelle de gauche, les bouteilles en verre dans celle de droite, ou faire de temps en temps un tour en Vélib ? À force de traînasser à prendre les vraies décisions, on va se retrouver dans une situation vraiment catastrophique. Celle où les décisions se prendront de façons drastiques, voire militaires. Alors qu'il suffirait que les politiques s'y collent maintenant et oublient leurs petits calculs d'électoraux.

Juste un exemple : si Bertrand Delanoë, le maire de Paris, veut entrer dans l'Histoire, alors qu'il prenne la décision la plus impopulaire que l'on puisse imaginer : interdire purement et simplement les voitures dans Paris. Pas besoin de faire un tour en hélicoptère pour imaginer qu'on respirera mieux, qu'on circulera mieux, qu'il y aura moins de bruit, qu'on sera moins énervé, plus productif, que les gamins se porteront mieux et qu'il y a aura moins de malades et morts par la pollution. Ça c'est du concret et du réel.

- + -

Pour terminer, je remarque que l'argent public a servi un peu à coproduire une initiative privée. Je veux parler du temps d'antenne offert à Home pour sa diffusion par France Télévisions.

Est-ce que pour équilibrer les temps de parole, et surtout prolonger la sensibilisation de chacun, France Télévisions va ouvrir gracieusement son antenne à d'autres groupes, organisations, d'autres films qui expliquent à leur manière la même histoire. Sauf qu'ils sont plus courts. Et à mon sens plus efficaces. Magnéto Yann, et sans rancune, parce que comme photographe, je t'aime bien :



- + -