Ils vivent à L.A. et se connaissent depuis la maternelle. Belles villas avec parcs et piscines, 4X4, téléphones portables, écrans plats 19/9 géants et Playstations. Ils ont la vingtaine désœuvrée entre petits jobs et trafic d'herbe ou d'extasy, entre soirées pétards-bières-rap-bimbos et séances de musculation.

Avec un générique montage de vidéos de familles et quelques séquences d'ouverture, Nick Cassavetes (fils de John…) plante le décor du drame qui va se construire lentement mais sûrement au sein de cette jeunesse des quartiers riches abandonnée par des parents névrosés totalement déconnectés de leur progéniture. Les personnages s'installent, faux durs, vrais dealers à la petite semaine qui traitent les affaires dans leurs chambres chez papa et maman. Avec lit bien fait à l'arrière plan et poster de Scarface

Johnny (Emile Hirsch) est le chef de la bande. Son père (Bruce Willis) semble être de la mafia ou un gros dealer. Tel père, tel fils ? Bof… Jake (Ben Foster) se shoote et deal pas mal. Il doit du fric à Johnny. Le ton monte entre les deux amis d'enfance. Jake pète un plomb et Johnny se prend pour Tony Montana. Dans ce groupe, le deal est plus un jeu qu'un vrai business, il sert à donner un peu de piment dans l'ennui de cette bande, à créer un semblant de hiérarchie.

alpha2
Game Over.

Par hasard, Johnny et son pote Frankie (Justin Timberlake), croisent Zack (Anton Yelchin), le petit frère de Jake. Alors pour s'amuser et faire chier Jake, ils l'enlèvent. À cet instant précis, Cassavetes bascule le film, par un simple surtitre sur une femme assistant à l'enlèvement «jour 1. Madame Truc. Témoin #1». L'engrenage est en route et on sait que cela va inexorablement mal finir.

- + -

Cassavetes filme une jeunesse en décomposition. Décomposition du cocon dans laquelle elle vit s'en sans rendre compte. Jouer au règlement de compte entre dealers c'est une chose, le vivre réellement cela en est une autre. Johnny et sa bande ne réaliseront jamais la gravité de la situation dramatique dans laquelle ils se sont se projetés. Ou trop tard…

alphadog1
Ya talk to me ?

Alpha Dog est un film excellent, autant le dire simplement. Sa lecture n'est pas «simple» par son déroulement assez lent malgré un montage nerveux et une bande son hip hop et R'n'B soignée. Cassavetes prend le temps de dresser des portraits précis et touchants des protagonistes et permet à un casting remarquable de s'exprimer à commencer par Justin Timberlake qui campe un personnage branleur et désinvolte dont la conscience va finir par se réveiller. La réalisation est alors au cordeau. C'est simple, j'y ai vu une synthèse de Tarantino et de Sorcese. Excusez du peu…

- + -

alphadog

Alpha Dog (2006) Écrit et réalisé par Nick Cassavetes avec
Emile Hirsch,  Justin Timberlake, Bruce Willis, Sharon Stone, Ben Foster…

- + -